mar. Déc 1st, 2020

elfajr.org

تبدأ الحرية عندما ينتهي الجهل – باريس – 2016

Au Liban, le président Aoun s’impose en défenseur de l’unité nationale

Le général invite les Libanais à l’unité nationale. Ce n’est pas une formule creuse. Le pays, pourtant habitué à subir les soubresauts de la région, est à fleur de peau. M. Aoun consulte tout le spectre politique, y compris ses ennemis. Sa manière de maintenir un cap ferme, en appelant au calme, paie auprès de l’opinion. Elle rend au passage une certaine aura à sa fonction, dépouillée de nombreuses prérogatives depuis la fin de la guerre civile. Alors que le séjour de M. Hariri à Riyad se prolongeait, le président, connu pour son langage direct, a fini par monter au front contre l’Arabie saoudite. « Nous le considérons comme en captivité et détenu », a-t-il déclaré.

A Beyrouth, Saad Hariri a maintenu, devant des journalistes, qu’il avait « voulu donner un choc positif au Liban », laissant entendre qu’il avait décidé librement de sa démission. Mais au-delà de ces versions officielles contradictoires, les deux hommes semblent prêts au dialogue. En 2016, leurs tractations avaient en partie permis à Michel Aoun d’accéder à la présidence, tandis que Saad Hariri retrouvait son fauteuil de premier ministre. L’esprit de cet accord pourra-t-il être ranimé ? M. Hariri comptera sur le président, allié depuis plus de dix ans au Hezbollah, pour obtenir des concessions du mouvement pro-iranien, à qui il demande de mesurer ses ambitions régionales. Dans ce rôle, M. Aoun ne semble pas prêt à ménager Riyad : mardi, il a dénoncé avec virulence les tentatives saoudiennes d’isoler le Liban au sein de la Ligue arabe.

Laure Stephan— le monde.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *